Into the wind : Mathieu, Sev et Sylva en Atlantique

Sylva, prototype de 9m20 en bois et carbone, prend le large ! Le temps d'une année, nous mettrons le cap sur les Antilles, avec au programme : découverte des îles, surf, rando, snorkeling, apéros ...

Derniers posts

Epilogue

Publié le 18/07/2014, par atlantiqueettack, Lorient
11 jours et demi et 27 baleines plus tard, nous voici arrivés en Bretagne ! Nous avons eu du petit temps tout du long, et n'avons donc pas battu de record de vitesse. Pour nous réhabituer au climat breton, nous avons bénéficié d'une petite bruine les premiers jours, puis d'une arrivée sous le grand soleil breton. La vie animale a été très riche: beaucoup de dauphins à nous escorter au départ de Terceira, comme pour nous dire au-revoir. Puis nous avons presque tous les jours vu des baleines, 27 au total ! Toujours aussi beau à voir. Nous nous sommes amarrés à Port Louis avant de rejoindre Lorient ce week end et de retrouver tous nos proches. 
 
Ca y est donc, la boucle est bouclée... Sylva, un bateau conçu plutôt pour la régate cotière, a bouclé un tour d'Atlantique ! Nous sommes extrêmement fiers de notre petit bateau jaune qui ne nous a posé aucun souci tout du long de ce voyage et qui nous a ramené à bon port. 
 
Quels adjectifs trouver pour résumer ces 10 mois passés sur l'eau ? Exceptionnels, intenses, riches, exotiques, océaniques ? Il est difficile de trouver les mots justes, alors voici quelques données plus objectives pour conclure ce blog. 
 
Au cours de ces 10 mois, nous avons :
 
- Parcouru presque 10 000 milles (soient 18 520 km), fait 50 escales sur 35 îles appartenant à 10 pays 
- Utilisé pour cela moins de 200 litres de gazoil. Nos principales sources d'énergie ont été le vent et le soleil. Nous sommes fiers de notre bilan carbone !
- Jamais passé plus de 2 heures l'un sans l'autre, le tout dans 9 mètres² (mais avec vue sur mer !)
- Partagé tous les deux plus de 300 petits-déjeuners et 600 repas 
- Perdu dans l'océan 5 petites cuillères, 4 casquettes, 3 paires de tong, 2 verres, 1 manivelle de winch, 1 dent et demi, 1 seau contenant un poisson tout juste pêché, 1 serviette de toilette et une poubelle (oups...) 
- Vu une quarantaine de baleines (dont 2 baleines bleues, les plus grands animaux au monde), des centaines de dauphins et de poissons tropicaux, des tortues, des globicéphales, un beluga, des raies
- Goûté à une vingtaine de rhums différents, et une trentaine de bières locales (on ne précisera pas le nombre de litres bus pour chaque !)
- Recollé l'annexe une bonne dixaine de fois
 
Nous avons également pris goût à écrire ce blog et à partager nos aventures. Vous avez été nombreux à le rendre vivant par vos commentaires et nous vous en remercions de tout coeur. Vos messages nous ont fait plaisir, sourire, rigoler. Même si nous n'avons pas pris le temps de remercier chacun individuellement, sachez que cela nous a touché. 
 
Nous nous préparons maintenant à reprendre une vie plus terrienne, mais nous ne sortons pas indemnes de cette aventure. Le virus du voyage en voilier nous a bel et bien touché, et nous pensons déjà au prochain voyage (le temps de se refaire une caisse de bord et de racheter un bateau un peu plus gros !)
 
 
 
 
Dans le petit temps, on a eu le temps de se faire de bons repas. Ici hamburgers party !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les dauphins nous accompagnent
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
On a fait beaucoup de spi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
On retrouve les bateaux lorientais. Ici Tanguy de la Motte sur son nouveau 60 pieds Initiatives Coeur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Allez, Kenavo les bigorneaux !!

Dernière ligne droite...

Publié le 5/07/2014, par atlantiqueettack, Açores
Voilà, c'est l'heure... Le temps de retrouver notre chère Bretagne est arrivé... 
Comme tous les copains partis avant nous, cette dernière traversée a un goût amer : nous sommes partagés entre le plaisir de retrouver tous nos proches et la peur de retrouver une vie sédentaire et le stress des préoccupations quotidiennes. 
Ces derniers jours nous nous sommes préoccupés du retour à la vie "normale": chercher une place de port pas trop chère pour Sylva (on n'a d'ailleurs pas trouvé!), regarder les maisonnettes autour de Lorient, reprendre contact avec le boulot... Et bien sur profiter des derniers moments açoriens ! 
 
Nous partons (normalement !) demain matin, samedi 5 juillet. Nous ne partons pas avec la meilleurs fenêtre météo : pas mal de pétole nous attend sur la route (c'est bien le problème de l'anticyclone des Açores). Nous avons racheté un jerrican de 15 litres pour stocker un peu plus de gazoil. Mais notre petit moteur de 9 chevaux nous fait avancer à seulement 2-3 noeuds, c'est lent ! Nous partons donc avec l'idée de mettre une bonne douzaine de jours pour rejoindre la Bretagne. 
 
Nous vous disons donc à très bientôt !
 
 
 
 
 
Rando dans les hauteurs de Serreta, île de Terceira
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lagoinha, Terceira
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pause pique-nique !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les poissons des rues d'Angra

Las festas de Terceira

Publié le 2/07/2014, par atlantiqueettack, Açores
Après un séjour de charme sur l'île de Sao Jorge avec rando, découverte des Fajas, paysages époustouflants et apéros au soleil dans les cockpits, nous quittons la tranquillité de Velas pour trouver la cohue de Angra pendant les fêtes de la Sao Joao (les fêtes de la St Jean durent ici 10 jours !). 
 
Nous partons de Sao Jorge le 26 juin, matin de mon anniversaire. Cette traversée m'offrira un cadeau inoubliable : à une dizaine de milles de l'arrivée, nous apercevons de plus en plus de jets de baleines. Certains nous paraissent très gros et semblent se rapprocher. Soudain, nous les voyons: 2 gigantesques baleines bleues viennent droit sur nous. Nous n'avons jamais rien vu d'aussi énormes ! Et nous sommes en route de collision avec ces monstres !  On se tient prêts à empanner, le coeur qui bat la chamade, la main sur l'écoute de GV. Mathieu est à la barre, habitué aux régates, il a une bonne perception des distances. Imperturbables, les deux baleines passent tranquillement à 2 doigts du bateau... Nous avons vraiment eu peur, mais nous sommes encore sous l'émotion de ce spectacle majestueux : deux mammifères d'environ 25 mètres rasant notre petit bateau de 9 mètres... Nous croisons d'autres baleines d'un peu plus loin (pas des baleines bleues cette fois), mais bizarrement l'envie de les voir de près nous est un peu passée !
Pour nous remettre de ces émotions nous festoyons toute la nuit avec Yohan et Ophélie pour célébrer mes 31 ans !
 
Les fêtes de Terceira sont les plus réputées des Açores. Elles durent 10 jours, pendant lesquels alternent concerts, touradas, défilés (que nous n'avons pas vu). Nous sommes contents de ne pas être arrivés plus tôt car les concerts se passent à 50 mètres du bateau et durent parfois jusqu'à 5 heures du matin ! L'ambiance dans les rues d'Angra est bonne et joyeuse, les nombreux bars ont sorti de grandes tables où tout le monde mange et boit ensemble. J'assiste à une "tourada", grande tradition açorienne: cela consiste en un lâcher de vachette sur une place publique. La vachette est excitée, beaucoup s'amusent à la provoquer et ensuite courir vite, très vite... Drôle de tradition, les accidents sont fréquents mais ne semblent pas choquer les Açoriens...
 
La journée, nous nous baladons dans la jolie ville d'Angra de Heroismo, classée au patrimoine historique de l'humanité de l'Unesco, et qui se caractérise par son architecture du 17-18ème siècle (la ville avait alors été complétement détruite par un tremblement de terre et sa reconstruction a été un exemple remarquable d'urbanisation). Nous regrettons cependant le calme de Velas : ici on retrouve des enseignes internationales et le brouhaha quotidien d'une  ville... 
 
Tout en pensant à notre "vrai" retour qui se rapproche nous comptons profiter de la semaine pour découvrir l'île, randonner, bricoler sur le bateau pour préparer la dernière grande traversée (1 200 milles jusqu'en Bretagne).
 
 
 
 
 
 
 
 
Rando sur l'île de Sao Jorge
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Faja de Sao Joao, sur Sao Jorge
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Faja dos Bodes avec Thomas et Delphine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les apéros à bord à Velas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une baleine bleue grandeur nature exposée dans un musée, pour que vous vous fassiez une idée de la taille... (vous vous doutez que dans le stress du moment on n'a pas sorti les appareils photo!)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La traditionnelle tourada
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les rues en fête d'Angra
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Angra de Heroismo : son port et sa plage 

Pico et Sao Jorge, deux joyaux de la nature

Publié le 23/06/2014, par atlantiqueettack, Açores
Après 10 jours d'une vie sociale intense à Horta, nous découvrons deux nouvelles îles de l'archipel des Açores. 
 
Nous nous rendons d'abord sur l'île de Pico en ferry avec Thomas et Delphine depuis Horta. A Pico, plus encore que dans les autres îles açoriennes, la tradition baleinière est omniprésente. Nous visitons le très chouette musée des baleiniers de Lajes de Pico et découvrons les techniques utilisées jusque dans les années 80 pour chasser les baleines. Aux Açores, chasser la baleine était considéré non seulement comme un complément de revenu important, mais aussi comme une tradition locale. Bien loin des méthodes barbares japonnaises, les açoriens partaient dans de petites baleinières à rames et à voiles, et harponnaient les baleines à la main. On est plongé dans l'ambiance de Moby DIck ! Rien qu'à Pico,  une centaine de baleines étaient chassées par an en moyenne . La graisse qu'on en retirait était exportée et servait à la fabrication de cosmétiques ou à l'allumage. Une partie des restes de baleines était également utilisée comme engrais pour l'agriculture. Si cette pratique est maintenant interdite, on considère toutefois que cette chasse ne menaçait pas l'équilibre écologique. Aujourd'hui, des bateaux proposent partout des sorties de "whale watching". 
Nous parcourons l'île de Pico en voiture et découvrons de magnifiques panoramas verdoyants ponctués de colines (le point culminant du Portugal est le Monte Pico) et de murets en pierre. C'est splendide ! Nous nous baladons également autour des vignes (le vin açorien est très bon !) Nous nous arrêtons dans un petit bar dans un hameau aux maisons en pierre en espérant déguster un bon vin local. Au lieu de ça on nous sert un énorme verre duralex de piquette imbuvable ! C'est ça aussi le charme des Açores !
 
Nous nous rendons ensuite sur l'île de Sao Jorge, dans la petite marina de Velas. On raconte qu'un bateau pirate transportant une cargaison de bougies s'était échoué, le village en a retiré son nom (Velas signifie bougie en portugais). Nous tombons tout de suite sous le charme de cette petite ville aux ruelles pavées. Nous louons une voiture car nous avons entendu parler d'un chouette spot de surf. Il faut marcher une heure depuis un parking, surf sur l'épaule, le long d'un très joli sentier. Au bout de cette petite rando, nous découvrons un endroit magique : la caldeira de Santo Cristo héberge un petit village isolé, accessible qu'à pied ou en quad, niché sous la falaise dans un écrin de verdure, avec vue sur le spot de surf... Nous rêvons de poser nos valises ici ! Toutes les maisons sont en pierre et nous imaginons le travail incroyable que cela a dû demander pour transporter toutes les matières en quad sur un chemin très escarpé ! Cela fait partie de nos plus belles découvertes du voyage... 
 
A Velas nous avons retrouvé d'abord Cable Bay, puis Big Fish et Codie, et Gaëlle et Claude pour une nuit animée. Nous passons de très agréables moments en de très bonne compagnie et faisons tous les jours de nouvelles rencontres.
 
 
 
 
 
 
 
Nous avons laissé notre empreinte à Horta parmi celles de milliers d'autres navigateurs !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L'île de Pico
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les équipages de Sylva et Big Fish (Delphine et Thomas) à Pico
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A Pico on croise plus de vaches que d'êtres humains...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Splendide Pico
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le scrimshaw : un art qui consister à graver des scènes d'action, des portraits, dans l'ivoire de baleine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Petit hameau typique
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La caldeira de Santo Cristo, notre coup de coeur à Sao Jorge (où on a pu surfer un peu)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La charmante petite ville de Velas à Sao Jorge
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Velas et sa végétation endémique
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Baignade dans une des nombreuses piscines naturelles (mais que l'eau est froide comparé aux Antilles !!)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les nuits folles de Velas !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le moyen de transport local (on en voit partout)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le voisin de ponton qui s'invite aux apéros !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Horta, l'escale des voyageurs

Publié le 15/06/2014, par atlantiqueettack, Horta
Après une très chouette semaine passée sur l'île de Flores, nous mettons les voiles pour l'île de Faial... Ou plutôt nous allumons le moteur ! Les fichiers météo prévoient une quinzaine de noeuds, parfait pour nous, mais ce que nous trouvons dans la réalité ne correspond pas du tout : très peu de vent et une très grosse houle, nous parcourons les 130 milles au moteur ! Et comme au moteur nous n'avançons qu'à 2-3 noeuds, il nous faudra 36 heures pour atteindre Horta ! La pire nav du voyage ! Seul côté positif : dès le petit matin et pendant toute la journée, nous apercevons plein de jets de baleine au loin. Une baleine d'une dizaine de mètres vient jusqu'à nous et joue autour du bateau pendant une quinzaine de minutes, c'est super ! Nous arrivons finalement à Horta à l'heure de l'apéro. 
 
Quelques mots pour essayer de décrire Horta : cette super petite ville (6 000 habitants) est mondialement connue pour être une escale de voyageurs. Tous les navigateurs qui traversent l'Atlantique font escale aux Açores, et plus particulièrement à Horta. Il s'en dégage donc une ambiance bien particulière et fort agréable. Le signe le plus visible de ce tourisme plaisancier: les dessins laissés par les équipages qui recouvrent les digues, les sols, les murs... Certains peignent de véritables chefs-d'oeuvre, d'autres laissent une trace plus modeste. Dans tous les cas, on ne se lasse pas de regarder ces milliers de dessins et de rechercher les bateaux amis passés avant nous. 
Autre figure incontournable et mondialement connue dans le milieu de la plaisance : le Peter's Cafe Sport, au-dessus de la marina. Même s'il a sans doute perdu du charme d'antan et s'est développé en business qui touche à tout (bar, restaurant, boutique, musée, whale watching et j'en passe), l'endroit reste un point de rendez-vous mythique des marins du monde entier. On trouve aux murs de chez Peter's des vestiges de tous les bateaux passés par ici, du pavillon au tee-shirt, en passant par les autocollants ou les casquettes !
 
Nous louons une voiture avec Yves pour faire le tour de l'île de Faial (l'île n'est pas très grande et une journée suffit pour en faire le tour). Nous nous baladons à Capelinhos, où une éruption volcanique sous-marine a totalement changé le paysage en 1957. Nous faisons également le tour du cratère de la Caldeira. Une très chouette rando de 8 km avec de très beaux points de vue (lorsque les nuages se dégagent) sur cet impressionnant cratère. 
 
Notre vie ici est bien sur ponctuée d'apéros avec tous les copains en voilier, de visites au marché et de bons repas de spécialités locales. 
Nous ne sommes malheureusement pas gâtés par le temps, très humide depuis quelques jours. Nous en profitons pour faire tout un tas de petites bricoles, les lessives, etc, et nous attendons que le temps soit meilleur pour visiter l'île de Pico puis naviguer jusqu'à Sao Jorge. 
 
Le dos de la baleine (pas facile à photographier !)
 
 
 
 
 
 
 
 
Début de notre dessin (le dessin en entier dans le prochain post, là on attend qu'il pleuve moins pour finir !)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Rando sur la caldeira
 
 
 
 
 
La caldeira entre les nuages
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Encore la caldeira
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Michel (du labyrinthe Peninsula de Crozon) a visiblement trouvé le chemin de chez Peter's :)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
On croise la trace de Pen Duick 2, dédicace à notre copain David
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le double cratère de Monte do Guia
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La carte des lieux visités


Mes albums photos

Liens à voir

Archives

Mes amis

Derniers articles

Recevoir les actus du blog